• Un patrimoine maritime ...

    Un patrimoine maritime ...

  • Des maisons habillées de fleurs et de filets ...

    Des maisons habillées de fleurs et de filets ...

  • Des hommes accrochés à leur village ...

    Des hommes accrochés à leur village ...

  • et au centre une église !

    et au centre une église !

Monuments & Lieux remarquables

La Dent de Gargantua :

Le Menhir de Chablé ou dent de Gargantua est une pierre dressée de quartz blanc haute d'environ 5 mètres. Elle constitue aujourd'hui un des seuls vestiges visible de la préhistoire sur la commune. Il existait aussi un autre menhir brisé appelé également le gravier de Garguantua ainsi que trois dolmens, La pierre Couvretière, celui du Mont Garrot, et celui de l'anse du Vigneux appelé également Lit ou Ber de Gargantua, détruit en 1850.

LA LEGENDE :
La crête dentelée du coteau de Garrot est le Dentier ou Ratelier de Gargantua, et parmi les blocs qui en sont les dents, on distingue un ancien mégalithe dans l'anse de Vigneux : le Lit, ou Ber (berceau) et la Potence de Gargantua.il perdit la vie à Saint-Suliac, près de St-Malo (où il serait également né) d'une malédiction que lui lancèrent les témoins d'un infanticide. Doté d'un appétit insatiable, le géant, tel Cronos, voulut un jour se repaître de son propre fils! Quelques témoins hardis, outrés de ce qui allait se passer, écartèrent rapidement l'enfant et placèrent aussi vite un rocher à sa place. Se ruant sur cette pierre, Gargantua perdit une dent en refermant sa mâchoire sur le bloc de granit. Fou de rage et se lançant sur ceux qui le contrariaient dans sa funeste entreprise, il tua son fils au passage en lui assénant un coup de poing sur la tête ! Horrifiés par ce crime abominable, les témoins de cet acte harcelèrent à tel point Gargantua qu'il en devint malade et mourut un an, jour pour jour, après avoir perpétré son forfait. Il fut enterré sur un plateau qui devint un mont : le mont Garrot (voir plus haut). Cette pointe s'avançant dans la Rance s'éleva, en effet, sur une hauteur de 73 mètres parce que couverte des terres d'une falaise qui disparut ainsi pour devenir le plateau de La Baguais. La taille du géant était telle qu'il fallut le plier en sept pour l'ensevelir ! Son fils fut enterré à l'endroit même où se produisit le drame et sa tombe fut recouverte par la dent de son père.

Ferme de Chablé, route de Châteauneuf ( terrain privé) - 35430 - Saint-Suliac -

 

 

Le Camp Viking :

 Situé sur le domaine public maritime découvrant, ce site, resté pendant longtemps énigmatique, correspondrait en fait à l'emplacement d'un ancien camp fortifié. Il n'en reste actuellement que des fondations en pierre qui émergent à marée basse.

Les Normands  ont du y établir une place forte sur les restes d'un ancien castrum romain. Occupé vraissemblablement entre 900 et 950, il devait consister en une fortification de bois juché sur un promontoire de terre entouré d'un assemblage de pierres qui dominait la Rance et en un retranchement extérieur certainement protégé par des pieux pouvant accueillir les drakkars à l'abri côté terre.

Tout porte à croire que la présence des Viking en Bretagne fut plus importante que l'on ne la considère souvent. La terre porte encore la trace des leurs camps édifiés ou réaménagés au début du Xè siècle. 

Les danois ont profité de la désorganisation des contrées maritimes bretonnes après la fuite éperdue des élites religieuses et laïques qui laissèrent les paysans sans moyens de défense matérielle et spirituelle devant les incursions des barbares.

La région de Dol et celle de Saint-Brieuc ont vu l'établissement d'une communauté noroise pendant une génération environ. Les sites sont tous en bordure de mer ou à proximité d'une rivière qui s'y jette car, malgré l'adoption du cheval, les bandes de pillards demeuraient des marins dans l'âme et ne s'éloignaient guère de la frange littorale.  
 

La Vierge de Grainfolet

Dominant le village, l'oratoire de la Vierge de Grainfolet qui témoigne de l'histoire des Terre-Neuvas, ces marins qui partaient pêcher la morue sur les bancs de Terre-Neuve. On raconte qu'en 1874, les pêcheurs partant en campagne firent un voeu : si tous revenaient saufs, ils construiraient un sanctuaire en l'honneur de la Vierge a l'endroit ou leurs femmes attendaient l'arrivée des bateaux. Il fallut attendre 20 ans pour qu'en 1894 enfin, tous reviennent et s'acquittent de cette promesse.

 

 

DECOUVRIR SAINT-SULIAC avec les CARNETS AVENTURES

Un petit livret à destination des enfants pour partir à la découverte de Saint-Suliac en famille, bonne balade avec Tom et Lola !

Disponibles à la Mairie annexe, place du Carrouge